•  

    La bataille de Verdun : 21 février – 18 décembre 1916.

    300 jours et 300 nuits de combats acharnés.

    Un déferlement incessant d’artillerie et d’obus.

    Le bilan, effroyable : qu’ils soient français ou allemands 300.000 hommes perdront la vie.

    Et parmi eux  beaucoup resteront à jamais disparus ou ne pourront être identifiés.

    Fin 1918 : C’est aux premières heures de l’Armistice que l’évêque de Verdun, Monseigneur Ginisty, se rend sur les Champs de Bataille.

    Il y découvre l’horreur : des milliers de corps pour lesquels une identification ne sera malheureusement plus possible.

    Et c’est suite à cette découverte que naît l’idée d’un sanctuaire pour ces soldats inconnus.

    1920 : Symboliquement, les deux premières pierres du futur monument sont scellées par le fondateur Monseigneur Ginisty, le maréchal PETAIN et l’escadrille Lafayette. Un concours d’architecture pour la construction du monument est lancé et remporté par  AZEMA, EDREI et HARDY.

    1924-1932 : Alors que les premiers restes non identifiés recueillis sur le terrain reposent dans une chapelle provisoire, la construction du monument se poursuit avec l’argent récolté dans le monde par Monseigneur Ginisty, son équipe et le comité de l’Ossuaire. Sur la façade principale du monument se trouvent les blasons de 147 villes, régions et pays donateurs ayant participé au financement de l’édifice.

    1927 : L’Ossuaire, toujours en construction, accueille sa première grande cérémonie devant près de 30.000 personnes. Les premiers corps inconnus sont rapatriés de la chapelle provisoire vers le monument définitif.

    1932 : Inauguration officielle du monument par le Président Albert LEBRUN.

    1984 : Célèbre et historique poignée de main entre Le Président François MITTERAND et le Chancelier Helmut KOHL. Le premier grand pas vers la réconciliation et la fraternisation entre nos deux pays.

    2016 : Seconde rencontre franco-allemande pour le Centenaire de la bataille entre le Président François HOLLANDE et la Chancelière Angela MERKEL.

    (Source: verdun-duaumont.com)

    ***

    (Photos Mai 2021)

    L'Ossuaire de Douaumont

    ***

    Malheureusement, impossible de visiter l'intérieur en ces temps de contraintes sanitaires.

    L'Ossuaire de Douaumont

    ***

    L'Ossuaire de Douaumont

    ***

    L'Ossuaire de Douaumont

    ***

    L'Ossuaire de Douaumont

    ***

    L'Ossuaire de Douaumont

    ***

    L'Ossuaire de Douaumont

    ***

    L'Ossuaire de Douaumont

    ***

    L'Ossuaire de Douaumont


    7 commentaires
  •  

    Sur le balcon,


    7 commentaires
  •  

    Sur le lac de l'Ailette, depuis notre chambre,

    ***

    ***

    Les cottages du Center Park, illuminés par le coucher de soleil,

    ***


    10 commentaires
  •  

    La masse impressionnante de la Cathédrale avec ses cinq puissantes tours donne à la butte de Laon sa silhouette si particulière.

    Elle en est aussi l'attrait principal que justifie son extrême qualité architecturale.

    La cathédrale Notre Dame de Laon, chef d'oeuvre des premiers temps de l'art gothique, remplace un édifice endommagé lors du soulèvement laonnois de 1112.

    Elle fut édifiée à partir de 1155 en moins de cinquante ans.

    A l'origine, la cathédrale, qui culmine à 75 mètres de la ville, devait compter sept tours, cinq furent construites dont une surmontée d'un clocher rasé à la Révolution.

    Construite à la même époque que Notre Dame de Paris, Notre Dame de Laon doit beaucoup au parti architectural mis en oeuvre un peu plus tôt à Noyon.

    À Laon convergent encore divers courants d'influence, anglo-normand, dont la plus belle expression est la tour lanterne avec la verticalité des cinq tours.

    L'influence de Laon au XIIIème siècle est considérable dans la France septentrionale : en Champagne, l'abbatiale d'Orbais, la cathédrale de Reims, en sont profondément marquées.

    La cathédrale de Chartres, elle aussi, est davantage l'héritière de Laon que de Paris.

    (Source: laon.fr)

    ***

    ***

    ***

    ***

    ***

    ***

    ***

    ***

    ***


    7 commentaires
  •  


    8 commentaires